La bataille de Tours - 732 après JC

La bataille de Tours

Charles Martel était un souverain de l'Empire franque carolingien au début du 8ème siècle après JC. L'empire englobait les territoires d'une grande partie de la France moderne, l'Allemagne occidentale, la Suisse, ainsi que la Belgique et les Pays-Bas, et était la puissance chrétienne dominante en Europe occidentale à l'époque. Après avoir gagné une guerre civile entre deux royaumes en concurrence en 724, Charles avait assuré sa position en tant que chef de l'ensemble de l'Empire carolingien, mais n'avait pas encore reçu le titre de roi.

Bien qu'il repoussât constamment les armées saxonnes et bavaroises, ainsi que d'autres menaces, l'empire était pour la plupart sécurisé. Charles a soutenu Saint-Boniface et d'autres missionnaires dans leurs efforts pour convertir toutes les tribus allemandes restantes au christianisme comme un moyen d'unir sa région. Le continent européen devenait lentement plus prospère et stable. Mais une nouvelle menace avait commencé à se frayer un chemin vers le cœur de la civilisation occidentale 100 ans avant le règne de Charles.

L'expansion de l'Islam

Au Moyen-Orient, la religion de l'Islam a été formée en 622 AD. La région a été rapidement réunie sous la nouvelle religion, puis a commencé à conquérir des terres plus lointaines. En 711, les armées islamiques avaient franchi le détroit de Gibraltar et pénétré en Europe par l'Espagne actuelle. C'est à partir d'ici qu'ils ont commencé à établir de nouveaux royaumes et à chercher à conquérir d'autres parties de l'Europe, principalement pour le pillage de tout type de trésor qu'ils pourraient trouver.

Les peuples autochtones d'Europe ont qualifié les envahisseurs islamiques de Sarrasins. De l'Espagne, la porte était grande ouverte pour les Sarrasins d'entrer en France, dont la conquête aurait probablement été suivie par tout le reste de l'Europe, et aurait pu entraîner le bannissement du christianisme de la Terre. A cette époque, le christianisme n'était pas universellement connu ou pratiqué, même par les nations que nous considérons aujourd'hui comme les premiers de la civilisation. De grandes parties de la Grande-Bretagne, de l'Allemagne, du Danemark et de la Russie étaient encore païennes et barbares.

En 712 les Sarrasins sont entrés en France et ont commencé à piller la région pour le trésor. En 725, le gouverneur sarrasin d'Anbessa, Anbessa, mène personnellement une armée à travers la chaîne des Pyrénées jusqu'en France et prend la ville fortifiée de Carcassone. Au cours de la bataille, il reçoit une blessure mortelle, et l'armée sarrasine se retire dans la ville voisine de Narbonne avant de se replier vers la sécurité de l'Espagne.

The battle of Tours map - 732 AD Europe de l'Ouest - 732 après JC

En 732, les Sarrasins envahissent de nouveau la France sous le commandement de l'émir Abdul Rahman Al Ghafiqi Abd al Rahman. Ils atteignent Bordeaux et commencent à assiéger la ville lorsqu'ils entendent parler de riches trésors dans la basilique Saint-Martin de la ville de Tours. Ils partent vers cette zone avec l'intention de la piller pour tout ce qu'elle vaut.

Jusqu'à ce point, l'Empire carolingien, dirigé par le roi Charles, n'avait pas besoin de s'opposer aux Sarrasins puisqu'ils n'avaient pas envahi aucun de ses territoires. La région du pillage des Sarrasins était l'Aquitaine, royaume indépendant du sud-ouest de la France dirigé par le roi Eude. Ayant appris les dommages causés à son royaume voisin, Charles devient convaincu du danger présenté à ses territoires. Si l'Aquitaine devait être vaincue, son royaume serait sûrement le prochain. Charles commence à marcher une armée vers les envahisseurs sarrasins pour les affronter selon ses propres termes.

La bataille

Pendant qu'Abd al Rahman avance vers Tours, il reçoit des renseignements concernant l'avance de Charles et de son armée. Il décide de se replier sur Poitiers pour occuper un champ de bataille plus avantageux. Charles, qui dirige une armée de cette taille rarement vue en Europe, traverse la Loire et rejoint les restes de l'armée d'Aquitaine.

Ils arrivent en vue des Arabes le 10 octobre 732. L'ennemi repère Charles et son armée et hésite d'abord. Les deux armées restent campées, se fixant pendant sept jours. Abd al Rahman donne enfin le signal d'attaque. Les Sarrasins se précipitent sur les Francs de toutes leurs forces, mais la ligne de front des Francs tient. La bataille fait rage jusqu'à tard dans la journée, quand une clameur terrible se fait entendre derrière l'armée sarrasine. C'est le roi Eude, attaquant le camp des Sarrasins, volant tout leur butin mal acquis. L'armée sarrasine se précipite frénétiquement pour protéger leurs possessions.

Dans ce moment de confusion, les Francs avancent. Abd al Rahman est tué dans le chaos. Les Sarrasins reprennent le contrôle de leur camp. A ce moment le soleil commence à se coucher, et Charles décide d'attendre le lendemain pour reprendre le combat, ne voulant pas risquer de perdre d'autres troupes la nuit.

Le lendemain matin, les Francs se réveillent tôt et assemblent leur armée, s'attendant à rejoindre la bataille avec leur ennemi. Ils attendent, mais aucun ennemi n'apparaît. Ils s'approchent prudemment du camp des Sarrasins et le trouvent complètement vide. Les Sarrasins avaient profité de la nuit et avaient commencé leur retraite vers l'Espagne, laissant derrière eux la plus grande partie de leur butin. Comme le champ de bataille a été examiné ce jour-là, on s'est rendu compte qu'un grand nombre d'hommes sarrasins avaient été massacrés. Les Francs ont compté leurs pertes et ont constaté que seulement 1500 de leurs hommes avaient été tués.

King Charles Martel Une statue du roi Charles Martel au château de Versailles

Charles est finalement proclamé roi de l'Empire carolingien, et pour son énorme victoire, il reçoit le surnom de Martel, "Le Marteau". Il deviendra plus tard le grand-père de Charlemagne. L'Empire carolingien devient le Saint Empire Romain, Charlemagne proclamé Empereur par le Pape le jour de Noël, 800 après JC. Cet empire survit pendant plus de 1000 ans jusqu'à sa dissolution officielle en 1806.

La bataille de Tours marque un tournant majeur dans l'histoire de la civilisation occidentale. Un où la propagation de l'Islam en Europe a été inversée, et le christianisme commence à donner aux gens de l'Europe quelque chose de plus en commun les uns avec les autres. En l'an 1000, le continent se porterait plutôt bien. Il serait généralement libre d'attaques étrangères et de créer progressivement un avenir plus prospère.


Publié à l'origine


Sources:
  Bulfinch's Mythology by



connect Follow Classic History on Pinterest Follow Classic History on Facebook Instagram Instagram youtube

Sign up for email updates.

Welcome new readers!

In a hope to share any interesting historical stories I come across in the future I will be writing and posting articles whenever I can. Hopefully quite often.

I'll also be keeping you up to date on any good reads I come across in the Recommended section.

Looking for something in particular? Find it more quickly on the Search page.

And here is a complete list of all articles since the beginning.

H. G. Wells Portrate

"It is possible to believe that all the past is but the beginning of a beginning, and that all that is and has been is but the twilight of the dawn."

~

The Discovery of the Future


Share



The Battle of Tours – 732 AD

0 Comments:



If you would like to leave a comment or a reply, please prove that you are not a robot: